Message de la Présidente

Le président de la SCP,
2021-2022 : Dre Ada L. Sinacore

Dre Ada L. Sinacore, President
Premièrement, c’est vraiment un honneur pour moi d’être la présidente de la SCP. J’espère pouvoir diriger l’organisation de manière avisée, avec humilité, intégrité et courage au cours du moment unique de notre histoire que nous traversons en ce moment.

Au cours des 18 derniers mois, nous avons traversé une période sans précédent, qui a entraîné de nombreux défis à l’échelle mondiale, nationale et locale. La SCP a travaillé avec assiduité pour répondre aux problèmes nouveaux auxquels sont confrontés la discipline, ses membres et nos collectivités. La force de la SCP réside dans la grande variété de ses domaines d’expertise, comme en témoignent la diversité de ses sections et l’étendue des centres d’intérêt de ses membres. Bien que les membres ne soient pas toujours d’accord sur la manière de procéder, tous les pôles de la SCP (pratique, éducation et science) sont essentiels à la réalisation de la mission de l’organisation. J’ai l’intention de proposer des initiatives qui réaffirmeront l’importance de la psychologie scientifique, de la pratique et de l’enseignement de la psychologie pour améliorer la condition humaine en général, et les droits de la personne et la justice sociale en particulier.

Il est impératif qu’en ces temps de grande incertitude, nous nous attaquions aux inégalités présentes dans la société et au sein de la discipline et que nos actes soient guidés par les principes des droits de la personne et de la justice sociale. Dans l’objectif 5 de son plan stratégique, la SCP dit explicitement qu’elle aspire à : « encourager et incarner l’équité, la diversité et l’inclusion (ÉDI) dans tout ce que nous faisons ». Comme nous l’avons vu au cours de la dernière année, la psychologie, comme discipline et comme profession, a beaucoup de travail à faire en ce qui concerne l’ÉDI. En ma qualité d’universitaire qui a consacré sa carrière à l’enseignement et à la production de travaux de recherche sous l’angle de la justice sociale et de la diversité, je crois que toutes les initiatives liées à l’ÉDI doivent être fondées sur les droits de la personne et la justice sociale. En outre, pour réaliser l’objectif 6 du plan stratégique, à savoir : « être responsable vis-à-vis des peuples autochtones par l’intermédiaire de la réponse de la SCP au rapport de la Commission de vérité et réconciliation du Canada (CVR) », il est essentiel de tenir compte des droits de la personne et de la justice sociale. En outre, les objectifs 5 et 6 doivent être soigneusement pris en compte lors de la réalisation de chacun des quatre autres objectifs, et ce, afin de s’assurer que notre discipline représente la diversité des populations qu’elle aide.

En matière de droits de la personne et de justice sociale, il faut être capable de se livrer à un dialogue difficile où s’entrechoquent des points de vue différents, de sorte que la parole des personnes sous-représentées au sein de la discipline soit reconnue, entendue et mise en valeur. À ce stade de l’histoire de la SCP, il est particulièrement important que l’organisation examine de près ses systèmes et structures organisationnels, afin de réaliser à la fois les objectifs relatifs à la CVR et ceux liés à l’ÉDI énoncés dans le plan stratégique. Dans ma déclaration de candidature au poste de présidente, j’ai déclaré que mes priorités seraient de centraliser le travail en matière de droits de la personne et de justice sociale, d’accroître la visibilité et le rôle de la psychologie scientifique et de réclamer des changements à l’échelle organisationnelle et gouvernementale. Ce travail est déjà en marche puisque le comité directeur et les groupes de travail du Comité des droits de la personne et de la justice sociale en psychologie ont entamé l’élaboration des plans de travail qui permettront de relever les défis en matière de : a) Changements climatiques, b) Décolonisation et lutte contre le racisme, c) Itinérance, pauvreté et insécurité alimentaire, d) Violence sociétale et sexuelle, e) Discrimination fondée sur la capacité physique et accessibilité, f) Immigrants, réfugiés, groupes ethniques et populations racisées. Je m’attends à ce que, au cours de l’année, la SCP, ses comités et ses sections jettent les bases nécessaires pour que l’ÉDI, la CVR, les droits de la personne et la justice sociale se manifestent désormais dans tout ce que nous faisons.

J’ai pour volonté que la SCP continue son travail de représentation des intérêts à l’échelle gouvernementale en faveur des populations mal desservies et pour lesquelles l’accès à des soins de santé mentale équitables et appropriés est limité ou inexistant. De plus, je continuerai de travailler avec la SCP afin d’accroître la sensibilisation relative à l’accessibilité et à l’inclusion des personnes handicapées, en particulier en rapport avec le soutien de la Loi sur l’accessibilité du Canada et l’avancement du Plan du Canada pour l’inclusion des personnes en situation de handicap. Je suis consciente que le financement et le soutien de la recherche sont essentiels pour la psychologie scientifique et qu’il est crucial de tenir les organismes gouvernementaux responsables de l’augmentation de ce financement de manière à stimuler l’innovation en recherche, en enseignement et en formation. En tant que membres de la profession de psychologue, nous sommes résolus à poursuivre notre travail de manière éthique et empirique. Je me réjouis de travailler avec vous pour mettre vos forces et l’influence de nos trois pôles communs que sont la science, l’éducation et la pratique, les comités et les sections au service de l’amélioration de la vie des membres les moins visibles et les moins entendus de nos collectivités locales, nationales et mondiales.