Défense des intérêts

Contexte

Dans le cadre de son plan stratégique, lequel a comme objectif ultime de défendre les intérêts de la science, de la pratique et de l’enseignement de la psychologie, la SCP participe activement à plusieurs activités de défense des intérêts et de représentation auprès des gouvernements afin de s’assurer que la psychologie est entendue et apporte une contribution importante au processus de discussion et de prise de décisions en matière de politique publique, lorsqu’il est question de la santé (mentale) et du bien-être des Canadiens, de la recherche en psychologie, de la pratique et de l’enseignement de la psychologie.

Pour soutenir ses activités de représentation, la SCP est une organisation inscrite au registre des lobbyistes qui présente au gouvernement fédéral des rapports mensuels sur ses activités de lobbying.

La défense des intérêts en action

De façon générale, les activités de représentation de la SCP prennent diverses formes dont voici quelques exemples :

  • Rencontres avec les députés et les sénateurs, ainsi que leur personnel
  • Rencontres avec des hauts fonctionnaires
  • Présentations aux comités permanents de la Chambre des communes et du Sénat
  • Liens avec les hauts représentants des organismes de santé financés par le gouvernement fédéral
  • Collaboration à des partenariats stratégiques axés sur la santé mentale et sur la recherche
  • Élaboration et présentation de lettres, de mémoires, d’énoncés de position et d’énoncés de politique
  • Participation au processus de consultation prébudgétaire (mémoire prébudgétaire, présentation du mémoire devant le Comité des finances)
  • Participation à des tables rondes et à des consultations d’experts (p. ex., aide médicale à mourir [AMM])
  • Communication du point de vue de la psychologie sur le travail des comités et les projets de loi à l’étude (p. ex., thérapie de conversion)
  • Compilation de ressources pertinentes pour le milieu de la santé mentale et de la recherche
  • Lancement de communications stratégiques et de campagnes médiatiques
  • Participation à des conférences/ateliers et à des événements pour présenter le point de vue de la psychologie

Les activités de représentation menées par la SCP, regroupées par domaine d’intérêt, sont énumérées ci-dessous.


1. Répercussions de la COVID-19

La SCP s’est engagée activement avec le gouvernement fédéral, en son propre nom et en partenariat stratégique avec d’autres associations et alliances, dans la lutte contre la pandémie mondiale de COVID-19, afin de s’assurer que les besoins des psychologues praticiens, des chercheurs et des étudiants en psychologie, ainsi que ceux des patients des psychologues sont pris en compte.

La SCP a également élaboré une série de fiches d’information sur la COVID-19 et des outils pour le public, ainsi que des messages pour les membres qui contribuent à informer le public sur l’impact psychologique de la pandémie et d’appuyer les besoins des membres, des étudiants et des affiliés de la SCP liés à la pandémie. De plus, la SCP a mis sur pied une initiative visant à fournir des services psychologiques gratuits aux fournisseurs de soins de santé qui travaillent sur la ligne de front de la lutte contre la COVID, et élaboré et donné des webinaires au personnel d’autres organisations scientifiques et organismes de santé sans but lucratif pour les aider à faire face aux répercussions psychosociales de la pandémie.

La forte majorité des Canadiens veulent avoir un meilleur accès aux psychologues (janvier 2021)

La SCP, en collaboration avec le Conseil des sociétés professionnelles de psychologues (CSPP), a demandé à Nanos Research d’effectuer un sondage auprès de plus de
3 000 Canadiens afin de mieux comprendre comment ceux-ci perçoivent le rôle de la psychologie, les obstacles et les solutions à l’accès aux soins et la qualité des soins qu’ils reçoivent. Voir le communiqué de presse
et les résultats du sondage
.


La COVID-19 aggrave l’accès des Canadiens aux psychologues (décembre 2020)

La SCP, en collaboration avec le Conseil des sociétés professionnelles de psychologues (CSPP) a demandé à Nanos Research d’effectuer un sondage auprès de plus de 3 000 Canadiens afin de mieux comprendre comment ceux-ci prennent soin de leur santé mentale et accèdent aux soins fournis par les psychologues dans le contexte de la pandémie de COVID-19. Voir le communiqué de presse et les résultats du sondage.


Rapport du Groupe d’intervention action santé (GIAS) : « Au-delà de la COVID-19 : Recommandations du GIAS pour une nation plus saine » (novembre 2020)

Le Groupe d’intervention action santé (GIAS), dont la SCP est un membre fondateur, a publié un document de politique intitulé Au-delà de la COVID-19 : Recommandations du GIAS pour une nation plus saine qui présente des recommandations au gouvernement fédéral en ce qui a trait à la préparation aux pandémies, à la santé des aînés et à la santé mentale. La Dre Karen Cohen (chef de la direction de la SCP) et Glenn Brimacombe (directeur des politiques et des affaires publiques de la SCP) ont participé activement à la rédaction de ce rapport.

En même temps, le GIAS a publié le résumé de son enquête sur la COVID-19, qui a révélé trois préoccupations quotidiennes majeures des membres. Il s’agit de : (1) l’accès aux ressources appropriées, y compris l’espace et l’information; (2) l’exposition au virus et l’accès aux équipements de protection individuelle (EPI) et (3) la santé mentale des prestataires.


Rapport de la Société royale du Canada sur la COVID-19, la santé mentale et le rôle du gouvernement fédéral (octobre 2020)

Le rapport intitulé Atténuer les perturbations engendrées par la pandémie de la COVID-19 : comment soutenir la santé mentale de la population canadienne] élaboré par un groupe de travail de la Société royale du Canada a été publié en octobre 2020 et comporte 21 recommandations, axées principalement sur le rôle du gouvernement fédéral relativement au soutien et aux investissements en santé mentale. Plusieurs des recommandations de l’ACMMSM issues de son Plan d’action en santé mentale sont incorporées au document. M. Glenn Brimacombe (directeur des politiques et des affaires publiques de la SCP), en plus de certains membres de la SCP, faisait partie du groupe de travail.


Lettre au premier ministre sur les fermetures à venir en raison de la pandémie et leurs répercussions possibles sur les professions de la santé (septembre 2020)

L’Extended Healthcare Professionals Coalition (EHPC) a envoyé une lettre au premier ministre Trudeau lui demandant que les prestataires de soins de santé appartenant à une profession réglementée soient classés comme essentiels et autorisés à fournir des soins aux Canadiens si de futures fermetures sont nécessaires.


Rencontre avec la ministre de la Santé (mai 2020)

À titre de membre du Groupe d’intervention action santé (GIAS), la SCP a eu l’occasion de rencontrer la ministre fédérale de la Santé, l’honorable Patty Hajdu, pour discuter du rôle du gouvernement dans le contexte de la COVID-19. La ministre a mentionné que le gouvernement discute en ce moment des investissements supplémentaires à réaliser pour soutenir la santé mentale des Canadiens.


Demande de la SCP à comparaître devant le Comité permanent de la Chambre des communes sur la santé (mai 2020)

La SCP a envoyé une lettre au Comité permanent de la Chambre des communes sur la santé afin d’offrir notre expertise pour contribuer à trouver des solutions durables, qui seront à même de garder les Canadiens en bonne santé mentale et physique.


Commentaires de la SCP sur les programmes d’aide mis en place par le gouvernement fédéral pour répondre à la COVID-19 (avril 2020)

La SCP a envoyé une lettre au ministre fédéral des Finances, l’honorable Bill Morneau, dans laquelle elle se dit très préoccupée par le fait que ses membres qui exercent en cabinet privé ne sont pas admissibles à la Prestation canadienne d’urgence (PCU), à la Subvention salariale d’urgence du Canada (SSUC) et à l’Aide d’urgence du Canada pour le loyer commercial (AUCLC). La SCP s’est réjouie de constater les changements apportés au Compte d’urgence pour les entreprises canadiennes (CUEC), qui fait passer les seuils de masse salariale de 50 000 $ à 200 000 $ pour être admissible à un prêt maximal de 40 000 $.


Collaboration avec les assureurs (avril 2020)

Compte tenu des répercussions de la COVID-19, la SCP et les associations de psychologues des provinces et des territoires ont envoyé une lettre à six des plus grands assureurs au Canada (c.-à-d., Aviva, Canada Vie, Greenshields, Manuvie, Croix Bleue Medavie et Sun Life) pour leur demander d’éliminer les obstacles à l’obtention de soins psychologiques dans l’ensemble des régimes financés par les employeurs et d’adapter les risques couverts en conséquence.


2. Gouvernement fédéral – Santé mentale (financement, politiques, législation, recherche)

À titre d’association nationale du domaine de la santé, la SCP s’engage activement auprès du gouvernement fédéral sur une variété de questions de politique publique relatives à la santé mentale.

Élections fédérales de 2021

Élections fédérales de 2021 : le directeur des politiques et des affaires publiques de la SCP, Glenn Brimacombe, a passé en revue les programmes des quatre partis politiques qui présentent des candidats dans toutes les régions du pays et qui siègent à la Chambre des communes. Il a dressé un résumé de leurs engagements respectifs à l’égard d’une variété de sujets pertinents pour la pratique de la psychologie et la recherche en psychologie. Pour afficher le tableau, qui pourra aider à orienter les échanges entre les membres et leurs candidats, consultez la Vue_densemble_des_plateformes_electorales_federales_2021.pdf.

Pour obtenir la liste de tous les partis politiques enregistrés et pour accéder à leur site Web et leur programme électoral respectifs, rendez-vous à https://www.elections.ca/content.aspx?section=pol&dir=par&document=index&lang=f

Pour vous familiariser avec les activités de représentation des intérêts de la SCP, veuillez vous rendre à l’adresse cpa.ca/fr/advocacy/. Si vous avez des questions, veuillez faire parvenir celles-ci à PublicAffairs@cpa.ca.


Processus de consultation prébudgétaire de 2022 (août 2021)

Malgré le déclenchement des élections fédérales, la SCP a présenté récemment son mémoire au Comité permanent des finances de la Chambre des communes dans le cadre du processus de consultation budgétaire du gouvernement fédéral de 2022. Le mémoire sera pertinent dans le contexte de la formation d’un nouveau gouvernement, le 20 septembre prochain.

De plus, en tant que membre de plusieurs partenariats stratégiques, la SCP a joué un rôle clé dans la rédaction d’autres mémoires qui ont été présentés par l’Alliance canadienne pour la maladie mentale et la santé mentale (ACMMSM), et le Canadian Alliance on Mental Health and Mental Illness (CAMIMH), and the Consortium canadien pour la recherche (CCR).


L’Alliance canadienne pour la maladie mentale et la santé mentale (ACMMSM) presse le gouvernement fédéral d’adopter une Loi sur la parité universelle en santé mentale et en toxicomanie (juin 2021)

L’Alliance canadienne pour la maladie mentale et la santé mentale (ACMMSM) a publié un document de travail intitulé From Out of the Shadows and Into the Light – Achieving Parity in Access to Care among Mental Health, Substance Use and Physical Health. Ce document décrit les arguments en faveur de l’introduction par le gouvernement fédéral d’une nouvelle loi, la Loi sur la parité universelle en santé mentale et en toxicomanie, et identifie certains éléments qui pourraient y être inclus pour améliorer l’accès aux services et au soutien en santé mentale et en toxicomanie au Canada. En publiant son rapport, l’ACMMSM espère susciter un débat public accru sur le rôle du gouvernement fédéral, en étroite collaboration avec les provinces et les territoires, pour s’assurer que les Canadiens reçoivent les soins dont ils ont besoin, quand ils en ont besoin.

Communiqué

Rapport


Commentaires de la SCP, de l’ACMMSM et du CCR sur le budget fédéral de 2021 (avril 2021)

Le 19 avril, le gouvernement fédéral a présenté son premier budget en plus de 24 mois. La SCP a publié un communiqué de presse soulignant que la reprise après la pandémie dépendra de nos investissements en santé mentale.

L’Alliance canadienne pour la maladie mentale et la santé mentale (ACMMSM) a également commenté publiquement le budget, soulignant qu’il s’agit d’une occasion manquée d’investir dans la santé mentale des Canadiens. Le Consortium canadien pour la recherche (CCR) a également exprimé ses préoccupations au sujet du peu d’investissements prévus dans la recherche fondamentale


Examen de la législation sur l’AMM et examen indépendant par des experts (mars 2021)

Avec l’adoption du projet de loi C-7 – Loi modifiant le Code criminel (aide médicale à mourir [AMM]), le gouvernement fédéral doit mettre sur pied un groupe d’experts chargé d’examiner les protocoles et les mesures de sauvegarde relatives à l’AMM dans le cas de personnes atteintes d’une maladie mentale, et ce, au cours de la prochaine année. La SCP a écrit aux ministres de la Justice et de la Santé afin de demander qu’un psychologue, qui a une bonne expertise en matière d’AMM, fasse partie du groupe d’experts et participe à son travail. En 2020, un groupe de travail de la SCP a publié un rapport sur l’aide médicale à mourir et un guide de pratique clinique pour les psychologues impliqués dans les décisions de fin de vie


Le Comité permanent rend publiques les recommandations prébudgétaires de 2021 (février 2021)

Dans le cadre du processus de consultation prébudgétaire du gouvernement fédéral auquel la SCP a contribué, le Comité permanent des finances de la Chambre des communes a publié son rapport. Il est important de souligner que deux des cinq principales recommandations qui y sont présentées préconisent des investissements dans le but d’élaborer un plan de rétablissement à long terme de la santé mentale dans le contexte de la COVID-19 pour toute la population canadienne et l’injection de fonds ciblés en vue d’améliorer l’accès aux soins primaires, le soutien en santé mentale et les soins virtuels. Le rapport comprend également une recommandation préconisant une augmentation de 25 % de l’investissement ponctuel aux conseils subventionnaires pour le redémarrage et le rétablissement de la recherche. Nous espérons que ces trois recommandations seront prises en compte dans le budget fédéral de 2021.


Lettre au premier ministre Trudeau et au premier ministre Legault (février 2021)

Étant donné que le premier ministre Trudeau a récemment fait part de la volonté du gouvernement fédéral de discuter de l’augmentation de sa part du financement de la santé aux provinces et aux territoires, la SCP a écrit au premier ministre Trudeau et au premier ministre Legault afin de les exhorter à accroître leurs investissements dans les services de santé mentale et les traitements psychologiques.

Lettre de la CAMMIH au Premier ministre et aux premiers ministres


La SCP publie un énoncé de position sur le changement climatique et la psychologie scientifique (janvier 2021)

La SCP a récemment publié un énoncé de position intitulé La lutte contre le changement climatique au Canada : L’importance de la psychologie scientifique. Le document a été communiqué au ministre de l’Environnement et à la ministre de la Santé.


Comité consultatif des personnes handicapées du RPC (en cours)

La Dre Karen Cohen (chef de la direction de la SCP) est la coprésidente du Comité consultatif des personnes handicapées (CCPH). Nommée à cette fonction par le ministre du Revenu du Canada, à la fin de 2017 jusqu’en 2019, elle a été invitée à prolonger son mandat jusqu’en 2021. Son rôle est de conseiller le ministre du Revenu national et le commissaire de l’Agence du revenu du Canada (ARC) sur l’administration et l’interprétation des politiques et des programmes liés aux mesures fiscales pour les personnes handicapées. À l’automne 2020, le CCPH a organisé une série de groupes de discussion avec des fournisseurs de soins de santé dans le but de discuter des recommandations proposées par le comité en 2019 sur les modifications apportées aux procédures et aux lois fiscales relatives aux personnes handicapées. Il est également en train d’achever son rapport de 2020. Le budget fédéral de 2021 prévoyait 376 millions de dollars sur cinq ans pour mettre à jour la liste des fonctions mentales utilisées pour l’évaluation du crédit d’impôt pour personnes handicapées.


Discours du Trône (septembre 2020)

Avant le discours du Trône du gouvernement fédéral, la SCP a envoyé une lettre au premier ministre Justin Trudeau soulignant l’importance d’investir dans la santé mentale des Canadiens pour en faire une priorité stratégique majeure.


Processus de consultation prébudgétaire de 2021 (août 2020)

La SCP a présenté son propre mémoire au Comité permanent des finances de la Chambre des communes dans le cadre du processus de consultation prébudgétaire de 2021. De plus, en tant que membre de plusieurs partenariats stratégiques, la SCP a joué un rôle clé dans la rédaction d’autres mémoires qui ont été présentés par l’Alliance canadienne pour la maladie mentale et la santé mentale (ACMMSM), le Consortium canadien pour la recherche (CCR), le Groupe d’intervention action santé (GIAS) et l’Extended Healthcare Professionals Coalition (EHPC). Comme en témoigne la convergence de leurs messages, les organisations nationales disent d’une même voix au gouvernement fédéral et comment celui-ci devrait investir dans la recherche en psychologie et la pratique de la psychologie pour appuyer la santé mentale des Canadiens.


Publication du Plan d’action en santé mentale (juillet 2020)

En août 2020, l’Alliance canadienne pour la maladie mentale et la santé mentale (ACMMSM) a publié son Plan d’action en santé mentale (Un meilleur accès aux services de soins en santé mentale et un système plus performant au Canada), qui renferme six recommandations que devrait mettre en œuvre le gouvernement fédéral pour améliorer l’accès en temps opportun aux services et au soutien en santé mentale au Canada. Il s’agit là d’un exemple important, qui montre que la communauté nationale de la santé mentale parle d’une seule et même voix.


Examen des accords de financement FPT en matière de services de santé mentale et de traitement de la toxicomanie (mars 2020)

La SCP a entrepris un examen détaillé de la série d’ententes bilatérales fédérales, provinciales et territoriales (FPT) (c.-à-d. les 11 milliards de dollars sur 10 ans pour les soins à domicile et en milieu communautaire, ainsi que pour les services de santé mentale et de traitement de la toxicomanie) qui ont été signées en 2017. On y indique également les principales priorités de chaque province et territoire.


Examen des lettres de mandat des ministres fédéraux (février 2020)

La SCP a examiné les lettres de mandat de 2019 qui ont été émises par le premier ministre aux ministres de la Couronne et qui sont reliées aux priorités de l’association.


Évaluations de l’aptitude à subir un procès et de la responsabilité pénale (en cours)

La Section de la justice pénale s’est réunie pour discuter de la façon de relancer le gouvernement fédéral et d’autres partenaires dans l’objectif de modifier le paragraphe 672.1 du Code criminel du Canada afin que les psychologues soient désignés explicitement comme étant qualifiés pour effectuer les évaluations de l’aptitude à subir un procès et de la responsabilité pénale. En 2017, la SCP a publié un énoncé de position intitulé L’évaluation de l’aptitude à subir un procès et de la responsabilité pénale au Canada : Améliorer l’accès à des professionnels de la santé mentale qualifiés.


Réseau de mise en œuvre d’une politique de psychothérapie (RMPP) (en cours)

La Dre Karen Cohen est la coprésidente du Réseau de mise en œuvre d’une politique de psychothérapie (RMPP) de la CSMC. Son but est d’élaborer un plan d’action sur l’accès à la psychothérapie axé sur le système public de soins de santé. Elle siège à deux des groupes de travail du Réseau, l’un qui s’intéresse à la COVID-19 et l’autre, aux modèles de financement. Glenn Brimacombe (directeur des politiques et des affaires publiques de la SCP, SCP) est membre du groupe de travail du RMPP qui est chargé d’examiner les structures et les modèles de financement qui permettraient au gouvernement fédéral de financer les services de psychothérapie et/ou d’en faciliter l’accès.


Comité consultatif de la Commission de la santé mentale du Canada sur la cybersanté mentale (en cours)

La Dre Karen Cohen (chef de la direction de la SCP) représente la profession au sein du comité consultatif sur la cybersanté mentale de la Commission de la santé mentale du Canada (CSMC), dont le travail est en cours. Récemment, le comité a examiné les résultats d’Espace mieux-être Canada (portail de soins de santé mentale par paliers créé par Santé Canada dans le contexte de la pandémie) et les services de santé mentale numériques offerts aux jeunes par Jeunesse, J’écoute.


Lettres de soutien de la SCP (en cours)

La SCP continue de fournir des lettres d’appui aux membres qui font une demande de financement auprès des trois conseils (c.-à-d. les IRSC, le CRSNG et le CRSH) et pour soutenir les candidats qui font des demandes de bourse. Dans certaines demandes de financement auprès des trois conseils, la SCP a été ajoutée aux demandes de subvention à titre d’utilisateur des connaissances/collaborateur/organisme de mobilisation des connaissances.


3. Innovation dans le domaine de la psychologie et des services de santé mentale

La SCP, seule et avec d’autres organisations, travaille pour mettre en évidence les innovations sur le terrain que la psychologie apporte à l’organisation, à la gestion, au financement et à la prestation des services de santé mentale. Vous trouverez ci-dessous un résumé des activités récentes :

La forte majorité des Canadiens veulent avoir un meilleur accès aux psychologues (janvier 2021)

La SCP, en collaboration avec le Conseil des sociétés professionnelles de psychologues (CSPP), a demandé à Nanos Research d’effectuer un sondage auprès de plus de
3 000 Canadiens afin de mieux comprendre comment ceux-ci perçoivent le rôle de la psychologie, les obstacles et les solutions à l’accès aux soins et la qualité des soins qu’ils reçoivent. Voir le communiqué de presse
et les résultats du sondage
.


La COVID-19 aggrave l’accès des Canadiens aux psychologues (décembre 2020)

La SCP, en collaboration avec le Conseil des sociétés professionnelles de psychologues (CSPP) a demandé à Nanos Research d’effectuer un sondage auprès de plus de 3 000 Canadiens afin de mieux comprendre comment ceux-ci prennent soin de leur santé mentale et accèdent aux soins fournis par les psychologues dans le contexte de la pandémie de COVID-19. Voir le communiqué de presse et les résultats du sondage.


4. Psychologie et prestations de soins de santé offertes par les employeurs

La SCP collabore régulièrement avec les assureurs pour discuter de l’administration et/ou de la disponibilité des prestations de soins de santé mentale financées par l’employeur offertes aux employés.

Sun Life Group Benefits Coverage for Psychological Services (March 2021)

Sun Life recently released the document Shaping group benefits: Employer insights that are helping guide the plans of the future, which is intended to help employers shape their (health) benefits for employees.  Importantly, following discussions initiated by CPA, Sun Life included the CPA’s recommendation to increase coverage for psychological services to $3,500-$4,000.  Many employers currently cap their coverage in the $500-$1,000 range. This step is an important recognition by one of Canada’s largest insurers of the value to employers in providing meaningful amounts of coverage for psychological services.


La SCP est présentée dans le magazine Benefits Canada (janvier/février 2021)

La Dre Karen Cohen (chef de la direction de la SCP) a donné son point de vue sur la question de savoir si « les employés se voient prescrire trop de médicaments pour des problèmes de santé mentale? »


Prise de décisions par l’employeur et les employés en matière de prestation de services psychologiques et d’accès aux services psychologiques (en cours)

La SCP, de concert avec la Commission de la santé mentale du Canada et le Conference Board du Canada, a élaboré un sondage s’adressant aux employés et aux employeurs, dans le premier cas, pour mieux comprendre la disponibilité des services psychologiques, et dans le second, pour mieux comprendre les questions stratégiques qui sont en jeu lorsque l’employeur décide de la couverture qu’il offrira à ses employés.


5. Collaboration avec les associations de psychologues des provinces et des territoires

Habituellement, à la demande des associations de psychologues des provinces et des territoires, la SCP est heureuse de travailler en collaboration pour aborder des questions d’intérêt mutuel ou des préoccupations communes pertinentes pour la profession.

Les premiers ministres s’intéressent aux pratiques prometteuses en santé mentale et en traitement des dépendances (mars 2021)

En janvier, les premiers ministres ont lancé une série de balados, intitulée Pratiques prometteuses, qui est consacrée aux innovations réalisées dans les provinces ou les territoires en matière de santé mentale et de traitement des dépendances, en mettant l’accent sur les collectivités rurales, éloignées ou du Nord. Heather Hadjistavropoulos, membre de la SCP, figurait parmi les intervenants d’un balado présenté en mars. La SCP a félicité le premier ministre Silver (Yukon) d’avoir mené cette importante initiative.


Déclaration de la SCP sur le projet de loi 35 du Nouveau-Brunswick (mars 2021)

La SCP a transmis une lettre au gouvernement du Nouveau-Brunswick, dans laquelle nous expliquons notre position sur l’utilisation des tests psychologiques et nous nous opposons aux articles du projet de loi [https://cpa.ca/fr/cpa-statement-on-new-brunswicks-bill-35/] qui proposent que les enseignants qualifiés puissent administrer des tests de niveau C.

« La Société canadienne de psychologie a publié récemment un document d’orientation sur la sécurité des tests psychologiques, dans laquelle est décrite la formation nécessaire pour utiliser les tests psychologiques dans le cadre d’une évaluation du fonctionnement cognitif, émotionnel et comportemental d’une personne. La SCP est d’avis que les psychologues sont particulièrement bien formés pour effectuer des évaluations psychologiques, qui comprennent, sans s’y limiter, l’administration d’un seul test. La SCP s’oppose à tout diagnostic, traitement ou plan de rattrapage pris sur la base des résultats d’un seul test psychologique. »


Lettre conjointe de la Psychologists Association of Alberta (PAA) et de la SCP (mai 2020)

La SCP et la Psychologists Association of Alberta ont cosigné une lettre qui a été envoyée à la ministre provinciale de l’Éducation dans laquelle nous exprimons nos préoccupations communes quant à la décision du Calgary Board of Education de mettre à pied des psychologues.


Accès au titre de psychologue (mars 2020)

La SCP a mis sur pied un groupe de travail chargé d’examiner l’utilisation du titre (c.-à-d. psychologue) au sein de la profession de psychologue. En mars 2020, la SCP a publié le rapport du Groupe de travail de la SCP sur le titre de psychologue, Suggestions de dispositions types, qui comporte des recommandations préconisant l’uniformité des exemptions prévues par la loi dans les provinces et les territoires du Canada et la collaboration de la SCP avec les associations de psychologues des provinces et des territoires afin de promouvoir l’adoption de ces dispositions d’exemption dans tout le pays.


Lettre conjointe de la SCP, de l’Ontario Psychological Association et de la CAPDA (mars 2019)

La SCP, de concert avec l’Ontario Psychological Association (OPA) et la Canadian Academy of Psychologists in Disability Assessment (CAPDA), ont écrit une lettre afin d’exprimer leurs profondes préoccupations relatives à la motion, adoptée en septembre 2018 par le conseil de l’Ordre des psychologues de l’Ontario (OPO), dans le but de continuer à inscrire les psychologues praticiens titulaires d’une maîtrise et, de ce fait, leur accorder le titre de « psychologue ». Cette motion infirme une décision prise en 2013 par le Conseil pour cesser d’inscrire les psychologues praticiens titulaires d’une maîtrise.


6. Perfectionnement des compétences des membres en matière de défense des intérêts

Psychologues et chercheurs en psychologie impliqués (Programme PIR/CPIR) (en cours)

Lancé en 2019, le tout nouveau programme d’implication politique de la SCP, le programme PIR/CPIR, a attiré près de 20 membres. En plus de rencontrer les membres à la fois individuellement et en groupe, le personnel est en train de réviser le CPA’s Advocacy Guide et d’élaborer un plan de travail plus détaillé. Ce nouveau guide veut inciter les psychologues à s’impliquer davantage sur le plan politique et fournit les outils et les stratégies de base nécessaires pour présenter les questions (politiques) aux gouvernements. Les membres qui souhaitent participer à ce programme doivent communiquer avec Glenn Brimacombe.


7. Communications publiques

En plus de parler avec les médias, les représentants de la SCP sont souvent invités à prendre la parole lors de conférences et autres événements publics afin de donner le point de vue de la psychologie dans le contexte d’un système de santé en pleine évolution et/ou des régimes d’assurance-maladie complémentaires offerts par les employeurs. Récemment, la SCP a pris la parole aux réunions suivantes :

COVID-19 et main-d’œuvre en santé mentale et en traitement de la toxicomanie (novembre 2020)

Financé par le Réseau canadien des personnels de santé (RCPS) et la Commission de la santé mentale du Canada (CSMC), Glenn Brimacombe (directeur des politiques et des affaires publiques de la SCP et membre du comité consultatif) a fait partie d’un groupe d’experts chargé d’examiner les forces, les défis et les débouchés du projet.


Forum sur invitation du Northwind Professional Institute (novembre 2020)

La Dre Karen Cohen (chef de la direction de la SCP) a fait partie d’un groupe d’experts qui s’est penché sur la santé mentale en milieu de travail et sur les défis, les stratégies et les solutions connexes.


Conférence de Benefits Canada (novembre 2020)

Glenn Brimacombe (directeur des politiques et des affaires publiques de la SCP) a fait une présentation, en compagnie du Dr Sam Mikail (directeur, solutions en santé mentale, Sun Life) sur l’élimination des obstacles aux soins au moyen de régimes d’assurance collective qui favorisent l’accès en temps opportun aux soins de santé mentale.